lundi 22 juin 2015

Hyakunin isshu, poème n° 30 : 有明の

Comme chacun sait depuis que les Rita Mitsouko l'ont chanté sur tous les tons, les "histoires d'amour finissent mal en général", et dans la littérature en particulier. Ce poème en est une illustration, puisque nous avons encore une fois un amant en souffrance pour s'être fait jeté après une nuit d'amour (ou même avant). L'auteur du poème, dont rien ne dit qu'il est autobiographique, est 壬生忠岑(みぶのただみね).

有明の
つれなく見えし
別れより
暁ばかり
憂きものはなし


(ありあけの つれなくみえし わかれより あかつきばかり うきものはなし)

有明の : il faut comprendre 有明の月(déjà vu dans le poème 21), の月 étant ici sous-entendu. 有明の月désigne une lune (月), apparaissant tardivement dans la nuit et de ce fait toujours présente à l'aurore (有明), lorsque le soleil commence à se lever. の a ici le sens de が
つれなく : つれない signifie froid, indifférent, inamical. Grammaticalement, c'est la lune qui est froide, mais on imagine bien que la froideur dont souffre le poète est plutôt celle d'une femme.
見えし : し est la rentai-kei de き qui marque le passé en langue classique. C'est donc l'équivalent de 見えた, du verbe 見える (être vu, paraître) 
別れより : 別れ, les adieux, la séparation. Ici il s'agit de la séparation au petit matin, d'un couple qui a passé la nuit ensemble. A l'époque Heian, les messieurs venaient visiter leur belle à la nuit tombée et s'en allaient au petit matin. Ils étaient ensuite tenus d'envoyer un petit mot si possible poétique et spirituel, à la dame qu'ils venaient de quitter. Le poème post séparation au point du jour est donc un classique. より a le sens de "depuis", "à partir de ce moment"
暁 : cette "akatsuki" n'a évidemment rien à voir avec la criminelle organisation de Naruto shippuden... Ce mot désigne l'aube, ce moment encore obscur qui précède le lever du soleil.
ばかり : a ici le sens ほど, "au point de", autant que"
憂きものはなし : 憂き est la rentai-kei de 憂し, équivalent en langue classique de 憂い, qui signifie, triste, mélancolique, déprimé. もの signifie "chose" et なし est une négation, équivalent de ない.

Pas de grosse difficulté dans ce poème en terme de compréhension générale, même si l'on peut toujours se livrer à diverses interprétations (qui est froid, la lune, la femme, les deux ?), que s'est-il passé (amant non reçu, amant remercié froidement ?), etc. Je vous propose la traduction suivante :


La lune au petit
matin m'a paru si froide 
lors de nos adieux 
que depuis, rien n'est pour moi
plus triste que l'aube

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Je trouve ce poème particulièrement touchant je ne sais pas pourquoi...
Il faut définitivement que je me remette au japonais, c'est une si belle langue !